COMMENT SAVOIR SI ELLE EST AMOUREUSE DE TOI ?

  1. Entonnez une petite conversation. Cela va vous aider à apprendre des petites choses qui vous seront utile dans l’avenir. Toutes les filles sont différentes, il faut donc bien faire attention aux signes. Écoutez le ton de sa voix: si elle est timide, le ton de sa voix pourrait être un peu plus élevé et elle pourrait commencer à jouer avec ses cheveux (les lissant, les faire virevolter) ou ajuster ses vêtements. Un autre signe pour savoir si elle vous aime si elle rit d’une blague normalement ennuyeuse ou stupide. (Cependant, ne soyez pas stupide et limitez l’utilisation de mauvaises blagues comme test ou vous allez simplement avoir l’air d’un gros lourd sans sens de l’humour.) Elle peut ne pas être en mesure de vous regarder droit dans les yeux et peut rire beaucoup.
  2. Surveillez les signes de flirt. Si elle flirte, elle peut être difficile à lire. Les filles qui flirtent le font souvent avec des gars avec qui elles estiment être amies, et cela peut être (mal) interprété comme de l’amour. Parce que la plupart des filles ne veulent pas être ultra lisible, les plus coquettes pourraient flirter avec vous un petit peu moins ou beaucoup plus. De toute façon, ne “flirtez pas tout ce qui bouge”. Ne flirtez pas avec d’autres filles. Si elle vous voit mettre vos bras autour d’une autre fille ou voit une autre fille vous serrer dans ses bras, elle peut alors sauter aux conclusions et assumer qu’elle ne signifie rien pour vous.
  3. Remarquez si elle vous touche plus souvent que vos amis (elle essaie sans cesse de toucher votre main ou quelque chose dans ce genre). Si elle trouve des excuses pour le faire, alors vous êtes probablement sur la bonne voie. Mais inversement, ne pas supposer que juste parce qu’elle ne vous touche pas beaucoup, cela ne veux pas dire forcément qu’elle ne vous apprécie pas. Elle peut-être simplement trop nerveuse près de vous et n’ait pas la force de vous toucher pour le moment. Brisez la glace vous même et multipliez les contacts physiques.
  4. Observez comment elle vous regarde. Si elle vous aime, elle vous fixera du regard pendant un certain temps ou évitez votre regard immédiatement. Chacun de ces signes pourrait signifier qu’elle vous aime. Si elle évite votre regard rapidement, cela veut dire qu’elle est nerveuse, mais qu’elle a des sentiments pour vous – ce qui signifie que vous devrez probablement faire le premier pas. Si elle fixe votre regard, alors elle est en confiance et elle fera probablement le premier pas. S’il vous arrive de regarder la fille et vous voyez qu’elle vous fixe, cela signifie qu’elle vous aime, même si elle pourrait rapidement détourner son regard. Vérifiez si ses yeux s’illuminent quand elle vous voit ou entend votre nom.
  5. Regardez ses amies. Si vous voyez la plupart de ses amies vous regardent et sourient ou rigolent, cela signifie qu’elle s’est confessée à ses amies sur votre sujet. Si ses amies sont bruyantes et immatures, vous entendrez “(votre nom), (son nom) t’aime!” Ses amies sont peut être en train de plaisanter juste pour la taquiner. Quand elle est en pleine conversation avec ses amis, et que vous vous approchez, elle pourrait arrêter de parler tout d’un coup. Cela signifie probablement que vous étiez le sujet de la conversation terminée récemment. Si elle vous aime et qu’elle en a parlé avec ses amies, ses amies pourraient se présenter à vous et commencer une conversation au hasard sur des choses telles que: Avec qui voudrais-tu sortir?, Qui préfères-tu?, Qui est la plus jolie?, etc. Si ces amies nomment une liste d’environ 3 personnes et que son nom figure dans la liste, elle a probablement parlé de vous à ses amis, et demandé qu’ils essaient de trouver des indices pour voir ce que vous ressentez à son sujet.
  6. Attention à la demoiselle en détresse. Si vous êtes dehors et la fille que vous aimez est proche et commence à dire haut et fort: “J’ai froid!”, C’est une allusion subtile qu’elle veut que vous lui donniez votre pull. C’est un geste très doux, surtout si vous voulez montrer à la fille que vous l’aimez. S’il y a d’autres gars et elle aime un de ces gars-là, cependant, elle pourrait avoir un air déçu quand vous offrez votre pull en premier, et dans ce cas au moins, vous saurez ce qu’elle ressent et vous pourrez passer à autre chose. Parfois, une jeune fille va prétendre avoir de vraiment gros problèmes, et dire qu’elle ne peux pas faire telle ou telle chose. C’est un appel à ce que vous lui offriez de l’aide, et elle aura fait très probablement exprès, juste pour voir votre réaction.
  7. Lui sourire. Faites un sourire naturel – ne la faites pas paniquer. Si elle sourit poliment, ou fronce les sourcils et elle vous regarde le dos tourné, dites lui au revoir. Elle n’est pas du tout intéressée. Si elle retourne un doux sourire et continue à vous regarder, cela peux vouloir dire qu’elle est intéressée. Si elle sourit, puis dévie son regard vers ses amis et se cache dans le groupe alors elle est surement nerveuse et curieuse de savoir si vous savez qu’elle vous aime.

Astuces

  • Recherchez d’autres indices: Elle va laisser des indices partout, si vous savez où chercher. Avez-vous remarqué l’un de ceux-ci:
  • Ses cheveux: Si elle tire sur ses cheveux ou joue avec ceux ci, quand elle est autour de vous ou quand elle vous voit venir dans une salle, cela veut dire qu’elle est nerveuse. Elle est nerveuse à l’idée de vous voir.
  • Regards: En fonction de combien elle vous aime et de ses talents d’actrice, elle peut vous donner de longs regards lorsque vous ne faîte pas attention ou juste vous lancer des coup d’œil.
  • En passant près de vous: Si vous la voyez se promener dans le couloir, elle va vous regarder une fois, rapidement. Elle va sans doute faire un sourire, mais vous savez, elle va essayer de le contenir.
  • Interrogation: si elle demande sans cesse si vous êtes avec quelqu’un et demande votre préférence de types de filles, elle est à la pêche; et elle est susceptible de voir si elle convient à vos intérêts.
  • Coups: Si elle essaie de vous frapper (par exemple, une «gifle» sur le bras), alors elle a probablement des sentiments pour vous. Si vous faîtes semblant d’avoir mal et que la fille semble amusée, alors elle vous aime. Si vous faîtes semblant d’être blessé et que la fille semble un peu inquiète, elle vous considère juste comme un ami.

Avertissements

  • Certaines filles tentent l’approche «jalousie» et commence à flirter avec vos amis pour que vous la remarquiez davantage. Méfiez-vous de ces filles. Si vous l’aimez vraiment, accordez lui plus d’attention et essayer d’être seule à seule avec elle – elle pourrait avoir l’allusion du fait que vous l’aimez et qu’elle n’a pas besoin de faire cela. Et bien que vous mourriez d’envie de faire la même chose … Ne faîtes jamais la même chose, n’allez pas voir draguer d’autres filles pour la rendre jalouse. Les filles sont plus sensibles et abandonneront tout simplement votre cas si vous faites cela.
  • Ne pas demander directement si elle vous aime. Cela tend à se retourner contre vous si mal dit parce que la fille sera toute tendue et inconfortable. Ne pas posé ce genre de question. Si vous l’aimez, dite lui “je t’aime”.
  • Soyez prudents! La jeune fille peut ne pas avoir de sentiments pour vous et penser que vous l’aimez, ce qui pourrait conduire à vous blesser. Elle pourrait alors essayer de vous redirigé vers quelqu’un en vous disant, “Tu ne trouve pas que (nom d’une autre fille) est superbe aujourd’hui?” (ou quelque chose comme ça pour se débarrasser de vous). Si vous recevez cet avertissement, essayez d’agir indifférent tout en changeant votre tactique d’approche pour être en accord avec ce qu’elle dit, puis essayez à nouveau après un certain temps.
  • Il y a des filles qui font semblant de vous oublier, de vous détester de ne pas apprécier votre compagnie et de râler, alors qu’elles pensent tout le temps à vous.

Elles peuvent aussi dire à ses amies et même à ses meilleures amies qu’elles ne vous aiment pas et aimeraient ne plus avoir à vous supporter, elles pourraient vous critiquer à chaque fois qu’on aborde un sujet sur vous, ou bien parler à ses amies en vous critiquant et en les poussant à dire des mauvaises remarques sur vous juste pour le plaisir d’entendre parler de vous.+ et aussi pour que personne ne cache qu’elle vous aime.

ausujet.com/

sed

By yvesmalou

DECLARATION DE MARIE HARF, PORTE-PAROLE DU DEPARTEMENT D’ETAT / USA

Les États-Unis sont profondément préoccupés par la décision du Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) d’expulser le directeur du Bureau conjoint des droits de l’homme des Nations Unies (BCNUDH) en RDC en raison d’un rapport publié par le BCNUDH faisant état de graves violations commises par certains membres des forces de sécurité de la RDC qui ont abouti à 9 décès et 32 disparitions forcées. Nous demandons instamment au gouvernement de la RDC de revenir sur sa décision.


L’Organisation des Nations Unies joue un rôle essentiel en contribuant à la sécurité et au bien-être du peuple congolais, notamment par la MONUSCO, ses activités humanitaires, et son appui à la bonne gouvernance, à la démocratie et les droits humains.

La MONUSCO est spécifiquement mandatée par le Conseil de sécurité de l’ONU de préparer des rapports réguliers sur l’état des droits de l’homme en RDC. Les Etats-Unis réaffirment leur ferme soutien aux travaux de l’ONU et son engagement à lutter contre l’impunité face aux violations des droits de l’homme.
Nous exhortons le gouvernement de la RDC à enquêter sur les allégations d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées par certains membres de ses forces de sécurité mise en évidence dans le rapport du BCNUDH et de faire en sorte que les responsables rendent des comptes.

By yvesmalou

Affaire Scott Campbell: l’Union européenne et les USA interpellent Kinshasa

Les Etats-Unis et l’Union européenne (EU) ont déploré lundi la décision du gouvernement congolais d’expulser Scott Campbell, directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) de la RDC. Washington se dit inquiet et exhorte le gouvernement congolais à reconsidérer sa décision. La délégation de l’UE regrette cette décision prise après la publication du rapport de la Monusco sur les exactions de la police lors de  l’opération «Likofi» contre la criminalité urbaine à Kinshasa. 

Le gouvernement américain exhorte Kinshasa à investiguer sur les allégations relatives aux exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées documentées dans le rapport du BCNUDH. Il lui demande d’en établir les responsabilités pour tout membre des forces de sécurité qui se serait compromis dans cette opération.

De la même manière, l’Union européenne espère que les autorités congolaises conduiront des enquêtes approfondies. Elle s’attend à ce que ces enquêtes soient suivies d’effet et que justice soit faite.

L’UE rappelle que la lutte contre l’impunité fait partie des engagements pris par la RDC au titre de l’accord-cadre d’Addis-Abeba. Ce document, signé sous les auspices de l’Onu par onze États africains, vise à ramener la paix dans l’Est de la RDC.

Pour les Etats-Unis et Union européenne, en publiant ce rapport, le BCNUDH n’a fait qu’agir en conformité avec le mandat que le Conseil de Sécurité a donné à la Monusco.

«Préparer des rapports réguliers sur la situation des droits de l’homme en RDC, constitue un mandat spécial confié à la Mission onusienne en RDC par le Conseil de sécurité », soutient une large opinion, d’après la déclaration américaine.

Auparavant, le Haut commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Zeid Ra’ad Al Hussein, et le chef de la Monusco, Martin Kobler, avaient condamné la décision du gouvernement congolais. Dans une déclaration rendue publique samedi 18 octobre, plus de 80 ONG des droits de l’homme avaient apporté leur soutien à Scott Campbell, recommandant à Kinshasa de prendre en considération les conclusions du rapport du BCNUDH. 

radiookapi.net

By yvesmalou

KOFFI OLOMIDE PORTE PLAINTE CONTRE “X”, APRES AVOIR ETE INTERPELLE PAR LA POLICE

Le chanteur congolais Koffi Olomidé arrêté pour s’être fait appeler «Vieux Ebola»

Le célèbre chanteur congolais Koffi Olomidé a été arrêté mardi à Kinshasa pour s’être fait appeler sur des banderoles «Vieux Ebola», rappelant le virus qui a tué 4.500 personnes en Afrique de l’Ouest, et 49 en République démocratique du Congo. «Il a été interpellé parce qu’il a mis des banderoles» annonçant le concert de «Vieux Ebola», le surnom que des fans utilisent désormais pour qualifier Koffi Olomidé, a déclaré un de ses amis. Les gens qui l’ont surnommé Vieux Ebola, eux, on ne les arrête pas», a-t-il pesté. Le directeur de l’information et de la communication de la police a confirmé l’arrestation. «Il est en train d’être verbalisé au commissariat car il s’est présenté comme (Vieux) Ebola alors que nous sommes en train de combattre cette épidémie. C’est une immoralité, (…) c’est un contre-message qu’il est en train de diffuser», a martelé le colonel Pierrot Mwana-Mputu. «Ebola, ça signifie la mort. C’est comme si nous ramions à contre-courant des efforts de la communauté internationale» pour vaincre la fièvre hémorragique, a-t-il insisté, soulignant que les banderoles seront enlevées des artères de Kinshasa.

lesoir.be

By yvesmalou

KOFFI OLOMIDE INTERPELLE CE MATIN PAR LA POLICE

vieux

1. Le chanteur congolais Koffi Olomidé arrêté pour s’être fait appeler «Vieux Ebol»

Le célèbre chanteur congolais Koffi Olomidé a été arrêté mardi à Kinshasa pour s’être fait appeler sur des banderoles «Vieux Ebola», rappelant le virus qui a tué 4.500 personnes en Afrique de l’Ouest, et 49 en République démocratique du Congo. «Il a été interpellé parce qu’il a mis des banderoles» annonçant le concert de «Vieux Ebola», le surnom que des fans utilisent désormais pour qualifier Koffi Olomidé, a déclaré un de ses amis. Les gens qui l’ont surnommé Vieux Ebola, eux, on ne les arrête pas», a-t-il pesté. Le directeur de l’information et de la communication de la police a confirmé l’arrestation. «Il est en train d’être verbalisé au commissariat car il s’est présenté comme (Vieux) Ebola alors que nous sommes en train de combattre cette épidémie. C’est une immoralité, (…) c’est un contre-message qu’il est en train de diffuser», a martelé le colonel Pierrot Mwana-Mputu. «Ebola, ça signifie la mort. C’est comme si nous ramions à contre-courant des efforts de la communauté internationale» pour vaincre la fièvre hémorragique, a-t-il insisté, soulignant que les banderoles seront enlevées des artères de Kinshasa.

lesoir.be

2. Koffi olomidé interpellé ce matin par la police,on lui reproche l’apologie qu’il fait du virus d’Ebola en se faisant appeler “”VIEUX EBOLA””entre temps tous ses panneaux et affiches portant ce nom sont entrain d’être démontés par la police.

By L.K.

By yvesmalou

UN COUPLE SE DECHIRE A CAUSE DE LA “POSITION 74″

74

Hier 27 septembre nuit, un couple s’est montré en spectacle à Bépanda au lieu-dit Bépanda Yong-Yong. Un homme quasi-nu et une femme en tenue d’Eve, le film a intéressé plus d’un.

« Laisse-moi tranquille ! Tu exagères ! Vas-la voir ! Ne m’impose pas n’importe quoi ! ». C’est par ces cris que la population de Bépanda s’est faite arracher de son sommeil hier nuit aux environs de 22h-23h. Alertées, plusieurs personnes sortiront de leur domicile pour essayer de comprendre les motifs de tous ces cris. Arrivée au lieu du drame, le constat est flagrant. Une quadragénaire en tenue d’Eve qui tente d’échapper aux désirs sexuels effrénés d’un sexagénaire vêtu d’un short communément appelé ”caleçon anglais”.

Polygame, le nommé Edouard est un père de famille marié à 4 femmes vivant dans des localités différentes. La petite histoire nous révèle que l’homme aurait réparti les jours où chacune est sensée assumer son devoir conjugal. Mais depuis l’arrivée de sa dernière recrue qui ne serait âgée que d’une vingtaine d’années, « il n’a d’yeux que pour elle » a laissé entendre la pauvre Marie éplorée.

En effet, il se serait rendu chez sa dulcinée pour sa petite partie de plaisir. Absente, le vieillard n’avait nul autre choix que de se retourner vers son ancien dossier. Après des négociations, le contrat sera rompu lorsque celui-ci demandera à son épouse « des positions bizarres ». « Il me demande de faire la position 74 » confie Marie. Apparemment stupéfaite par la requête de son époux, celle-ci a pris la clef des champs lorsqu’elle a constaté son insistance et surtout sa détermination. Il avoue être le plus souvent « satisfait ainsi » par sa dernière épouse.

Décidé, il suivra sa femme et la contraindra à satisfaire son désir malgré la foule et le lieu. « Même si c’est ici, tu vas me donner » martelait-il. Vraisemblablement sous l’emprise d’un aphrodisiaque, il avouera avoir « ingurgité quelques remontants avant d’entamer le grand match avec sa chérie afin d’être à la hauteur ». Il sera reconduit à son domicile quelques heures plus tard par ses enfants et la femme passera la nuit chez une de ses voisines.

La polygamie et ses déboires !
Par Kelly Boutue
kwat.mboa.info
Lu pour vous par Yves Malou Papa2Bebe

By yvesmalou

2 GROUPES D’INGA II ONT LACHE, KINSHASA SUBIRA D’INTESIFS DELESTAGES JUSQU’A DECEMBRE

INGA

La SNEL n’y va pas avec un langage diplomatique : les prochains jours seront ténébreux. Elle annonce «le délestage sera intensif » dans la capitale et dans le Bas-Congo, conséquence d’un déficit de production de la centrale d’Inga II. Outre l’écroulement d’un pylône dans le faubourg Ouest de la capitale. Certes, la SNEL a entrepris des travaux de réfection. Mais la maintenance à Inga II va durer longtemps, prévient la SNEL.

En 1982, lorsqu’Inga II (1.400MW) a été mis en marche, quatre de 8 turbines fournies par la firme ACEC Charleroi n’ont jamais ronronné. Et 2 de 4 turbines qui tournaient cahin-caha, le G24 et G 28 sont tombées en panne. Les dernières tentatives pour les réparer ont échoué. Il faut compter fin novembre 2014 pour la remise en service de l’une ou l’autre de ces turbines. C’est 175 MW sur les quelques 800MW mis à disposition de la capitale qui sont donc compromis.

Alors que l’on parle du projet Grand Inga, les deux premiers barrages du site d’Inga croulent à petit feu. Il n’est plus que de gestes de bonne volonté des institutions financières internationales ou des ONG internationales ou encore des opérateurs miniers du Katanga pour sauver ce qui peut l’être. L’on se rappelle entre 2011-2012, c’est la société allemande spécialisée dans le domaine de l’énergie, VOIT Hydro la firme allemande VOIT Hydro se trouve dans la région d’Inga dans le cadre d’un appel d’offre international pour la réhabilitation des groupes G11 et G15 de Inga II sur financement de l’Agence de financement de la coopération allemande, KFW pour quelque USD 50 millions. L a situation est si catastrophique que la RDC a cessé d’exporter du courant. Tenez, la ville de Goma est alimentée par le courant venant du Rwanda.

Au Katanga, c’est à la Zambie voisine que la SNEL achète désormais du courant chaque soir, entre 22h00’ et 6h00’, quelque 100 MW à sa consœur ZESCO. Pour revenir à la capitale, en attendant l’opérationnalité de Zongo II (150MW) ou encore la construction de la nouvelle ligne de 400Kv Inga/Kinshasa dans le cadre du projet PMEDE, la SNEL a levé, l’option d’importer quelque 20MW du Congo Brazzaville en vue de soutenir son offre en courant électrique dans la Capitale.

Le site d’Inga assure, actuellement, 63,5% de la production brute du courant du pays. Mais le taux de desserte demeure pas assez satisfaisant du fait qu’il n’est plus que 3 groupes sur 8 d’Inga II sont opérationnels (G23, G24 et G28) et 1 (sur 6) seul groupe d’Inga I (G11) qui tiennent cahin-caha. La nature sinon la négligence est aussi passée par là: l’étiage. Le niveau d’eau se met à baisser depuis quelques temps. Sinon, foi du prof Dieudonné Musibono, Chef du Département de l’environnement à l’Université de Kinshasa, pendant plus de 20 ans, la SNEL- sinon l’Etat propriétaire de cette entreprise- n’avait plus, en réalité, entrepris les opérations de des voies d’eau en amont des barrages d’Inga I et Inga II. C’est ainsi que le Groupe 26 d’Inga II a , par exemple, été arrêté volontairement par la SNEL pour maintenir le plan d’eau fixé par des experts de l’entreprise.

Il y a quelques années, un diagnostic technique établi pour la réhabilitation des infrastructures de la SNEL, rendu public par le Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques, a fait mention d’un investissement de USD 1 milliard de dollars dont 600 millions pour requinquer 9 des14 centrales hydroélectriques de la société où sont installés 32 turbines dont une vingtaine ronronnent encore cahin-caha. Il faudrait lever 300 millions de dollars pour retaper les 5183 Km des lignes du réseau de transport du courant et quelque 40 millions de dollars pour les infrastructures de distribution composées de 16.433Km des lignes basse tension et 4.470Km de basse tension. D’ores et déjà, le COPIREP a fait savoir que ni l’Etat r-dcongolais ni la SNEL n’ont la capacité de financer un tel programme. Le déficit en courant électrique a, on le sait, une fois encore entraîné la R-dC à la queue du classement Doing Business 2014 de la Banque mondiale. Chaque année, l’économie r-dcongolaise accuse une perte de croissance de 5% à cause du déficit en énergie électrique, fait-on comprendre le Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques, COPIREP.

A ce jour, à peine 44% des foyers dans la capitale Kinshasa ont accès à l’électricité et le taux de l’électrification à l’échelle nationale n’est que de 9%,a indiqué la Commission Aménagement du territoire du Sénat, lors de l’examen sur le projet de loi relatif au secteur de l’électricité. La loi relative à la libéralisation du secteur de l’électricité en RDC pourrait être promulguée courant 2015.
Mais rien ne rassure qu’en libéralisant le secteur de la distribution du courant, la R-dC sortirait de l’auberge. En libéralisant le secteur d’électricité, le gouvernement n’aura fait que déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul, a redouté Mutima Sakrimi, ex-SG de l’Union des pays producteurs de l’électrique en Afrique, actuel DG de l’Office des Routes. Plutôt réticent à la libéralisation du secteur de l’électricité car partout en Afrique, a-t-il fait comprendre, où elle a été expérimentée, l’échec fut cuisant au bout de quelques mois. Pour le COPIREP, enfer ou ciel, peu importe pourvu qu’on n’y trouve du nouveau. D’ailleurs le gouvernement, dans sa lettre de politique et stratégies de développement du secteur de l’énergie électrique a souverainement réaffirmé l’option libérale dans la réforme du secteur de l’électricité et de la SNEL en vue de permettre l’accès des partenaires privés, a-t-on fait comprendre au COPIREP. Quiconque veut peut donc devenir, à court terme, opérateur dans le secteur d’électricité. Parmi les grandes difficultés auxquelles est confrontée la SNEL, l’Etat note, selon ce rapport du COPIREP, outre l’absence de clarté sur le régime juridique des biens constituant l’actif immobilisé de la société après sa création en mai 1970 ainsi que l’absence des titres de propriété de la quasi-totalité des biens immobilisés figurant à l’actif du bilan de la SNEL à la date de sa transformation en SARL en décembre 2009 ; l’absence d’une convention de gestion du service public de l’électricité entre l’Etat et la SNEL.

Toutefois, la libéralisation du marché du courant aura, par contre, le mérite, croit-on au COPIREP, de porter la couverture énergétique de populations r-dcongolaises de 6 à 60% dans 10 ans, donc d’ici 2025. L’électrification urbaine, particulièrement, devrait, elle, quadrupler de 35 à 90% au cours de la même période.

7sur7.cd

Pold LEVI Maweja

By yvesmalou