PRIERE D’UN KULUNA CONVERTI

Kinshasa : traque aux “kuluna”, le bilan
Après trois mois de traques contre les “kuluna”, ces jeunes « voyous » armés de machettes, la capitale de la République démocratique du Congo a-t-elle retrouvé la tranquillité ?

L’opération “Likofi” (coup de poing, en lingala), lancée le 15 novembre dernier, pour une durée de trois mois, afin de vider Kinshasa de ses délinquants armés de machettes, appelés “kuluna”, semble avoir porté ses fruits. Pas moins de 900 individus ont été arrêtés durant cette vaste opération, dont 12 policiers et 5 militaires.

« Ce phénomène a pris de l’ampleur » car « c’est comme s’il n’y avait pas d’Etat », avait résumé, fin novembre, le colonel Pierrot Mwanamputu, chef de l’information de la police, justifiant l’opération “Likofi”.

L’on dénombre toutefois certains dérapages contre des “kuluna” arrêtés. Le colonel Mwanamputu parle de quatre kuluna tués par des policiers en état de « légitime défense ». De leur côté, les “kuluna” évoquent plusieurs dizaines de morts et des exécutions sommaires.

La vie reprend son cours

Le réseau des “kuluna”, tristement célèbres pour leurs multiples agressions contre les habitants des quartiers défavorisés de la capitale congolaise, a-t-il été démantelé dans sa totalité ? La police congolaise est consciente que cette opération sera efficace à court terme et que la prolifération des “kuluna” peut être relancée à tout moment.

Mais pour l’heure, les terrasses des cafés affichent à nouveau complet et l’ambiance des nuits congolaises bat de nouveau son plein. Les habitants de Kinshasa sont désormais soulagés de pouvoir sortir tard la nuit sans craindre une attaque à coups de machettes. Car ceux qui n’avaient rien à donner aux “kuluna” risquaient tout bonnement la mort.

Le problème n’étant définitivement pas éradiqué, le colonel Mwanamputu espère qu’un budget spécifique sera alloué afin de mettre un terme définitif à ce fléau et empêcher que des jeunes soient enrôlés dans cette machination. « Il faut les (kuluna) rééduquer, leur apprendre un métier, leur donner un emploi », conclut le colonel.
http://www.afrik.com/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s