REPONSE DE L’AMBASSADEUR BRITANIQUE DIANE CORNER A JOSEPH KABILA

Trois semaines après le «blâme présidentiel» adressé aux chefs des missions diplomatiques accrédités à Kinshasa – accusés d’ingérence dans les « affaires domestiques » du Congo démocratique -, l’ambassadeur du Royaume-Uni, Diane Corner, a répondu implicitement au monologue kabiliste du 31 mai dernier. A l’occasion de la fête de la reine Elisabeth II, la diplomate a donné de la voix en exigeant l’élaboration d’un «calendrier global» des élections. Il n’est pas exclu qu’elle fasse des émules au cours du mois de juillet prochain. Les fêtes nationales américaines et françaises sont attendues. Ambiance.

«Mendiant arrogant !». C’est le surnom très peu affectueux que l’Italienne Emma Bonino, alors commissaire européen chargé de Affaires humanitaires, avait affublé certains dirigeants africains. Des dirigeants très chatouilleux sur la souveraineté et l’indépendance nationale alors que leurs pays ne survivent que grâce à la «mendicité d’Etat». Selon des sources diplomatiques à Kinshasa, la trouvaille de Bonino ferait à nouveau recette.

Le 31 mai, «Joseph Kabila» grondait littéralement les ambassadeurs en poste à Kinshasa. «Quelle outrecuidance !», s’était exclamé le représentant d’un pays occidental à la sortie de cette « audience ». Un autre a déploré que le «raïs» ait livré son message sans toutefois donner au doyen du corps diplomatique l’opportunité d’exercer un «droit de réponse». «Nombreux sont les diplomates qui considèrent cette rencontre avec Joseph Kabila comme un affront fait aux nations qu’ils représentent», commente un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères à Kinshasa.

« Rendre le Congo stable et prospère »
En fait, le locataire très peu assidu du palais de la nation avait une cible principale. Il s’agit du chef de la Mission onusienne au Congo, l’Allemand Martin Köbler. Excédé par un chef d’Etat absent autant que par l’absence d’une «volonté politique» pour instaurer le dialogue entre la Ceni et les différents acteurs, Köbler a évidemment pris des initiatives. Les
« services », eux, l’ont accusé de se comporter en proconsul. D’où l’ire présidentielle.

Le 19 juin de chaque année marque la fête nationale du Royaume-Uni. C’est l’anniversaire de la Reine Elisabeth II. C’est l’occasion pour les missions diplomatiques britanniques, aux quatre coins du monde, d’organiser une réception agrémentée généralement d’un speech.

A Kinshasa, l’ambassadeur «british» a compris l’opportunité que lui offrait cette célébration pour « répondre » implicitement au message de « Joseph Kabila » du 31 mai. Devant des personnalités du microcosme socio-politique kinois, elle a donné la position de son pays.

Après des souhaits de bienvenu en lingala et en anglais, «Diane» a commencé par signaler aux convives qu’elle venait de totaliser une année de présence très instructive au Congo démocratique. «Une des découvertes les plus inattendues, dira-t-elle, c’est d’avoir su que la politique britannique envers ce pays n’est pas aussi bien connue qu’elle le devrait». Autrement dit, « Joseph Kabila » semble ignorer que le pays de sa gracieuse majesté fait partie des principaux donateurs au Congo. Elle assène aussitôt : «La politique du Royaume-Uni envers la RDC consiste, ni plus ni moins, à appuyer la transformation de ce pays en une nation stable et prospère. C’est la raison pour laquelle, en étroite collaboration avec la France et les Etats-Unis, nous usons de notre position au sein du Conseil de Sécurité, pour confier à la Monusco le mandat efficace dont elle a besoin».

Comme pour répondre à «Joseph Kabila», l’ambassadeur britannique de poursuivre : « Voilà pourquoi nous accordons aussi notre appui politique au travail tout à fait exceptionnel du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, Martin Kobler ». Et d’ajouter : «Voir un pays stable et prospère, c’est également la raison pour laquelle nous appuyons les efforts de l’envoyée spéciale Mary Robinson et les autres Envoyés internationaux dans leurs efforts visant la mise en oeuvre de l’Accord-Cadre d’Addis-Abeba». « Nous finançons à hauteur de 150 millions de dollars le Programme du Développement du Secteur Privé. Nous oeuvrons pour une RDC stable et prospère.»

L’exemple Mandela
C’est ici que la diplomate aborde la très sensible question relative à l’alternance démocratique. Les mots sonnent comme une volonté de croiser le fer non seulement avec «Joseph Kabila» mais aussi les «derniers des Mohicans» de son régime à la dérive : « C’est la raison pour laquelle nous appuyons fortement avec les autres membres de l’Union Européenne et autres, le renforcement de la démocratie dans ce pays. Dans ce cadre, nous aimerions que soit tracé un calendrier électoral complet incluant jusqu’aux présidentielles en 2016. Nous voudrions pouvoir appuyer des élections libres, transparentes et crédibles».

Pour montrer que l’aide bilatérale du Royaume-Uni – estimée à 250 millions $US/ l’an – lui confère la «légitimité» d’émettre des critiques sur la conduite des affaires publiques au Congo-Kinshasa, l’ambassadeur de relever que le souci de son pays consiste à « appuyer le développement » ainsi qu’à rendre ce pays stable et prospère au bénéfice de tous les Congolais. Et de conclure en présentant l’ancien président sud-africain Nelson Mandela comme un modèle de référence. « Contre d’énormes défis, il a fait de l’Afrique du Sud un pays politiquement stable et prospère, que nous connaissons aujourd’hui. Il est un exemple pour nous tous, voire pour le monde entier».

En avouant que le Royaume-Uni travaille, sur le dossier Congo-Kinshasa, en «étroite collaboration» avec les Etats-Unis et la France au Conseil de sécurité, l’ambassadeur britannique suggère que les mots choisis dans son allocution ne sont pas le fait du hasard. Et qu’à l’instar de Londres, Paris et Washington n’ont pas non plus digéré les «remontrances» de «Joseph Kabila».

Les fêtes nationales américaines et françaises sont prévues respectivement le 4 et 14 juillet prochain. Il n’est pas exclu que les chefs des représentations diplomatiques de ces deux puissances occidentales saisissent cette «belle occasion» pour « cracher » leur désapprobation. « Joseph Kabila » a-t-il craché dans la main qui le nourrit ?
B.A.WETSHI/ congoindependant.com
VOIR AUSSI
https://www.youtube.com/watch?v=nMlnwFIHlrg

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s