IL COUCHE AVEC SES ETUDIANTES DANS SON BUREAU, L’ UNE APRES L’AUTRE.

un chef de travaux et assistant d’un professeur abusait des étudiantes de l’université a été filmé à son « insu » par la camera de son ordinateur de bureau.

L’assistant avait alors cru bien faire en supprimant la vidéo compromettante. Mais, le professeur avait oublié de vider la corbeille de son ordinateur. Une étape nécessaire pour se garantir de la bonne suppression des éléments. C’est ainsi que le fiancé d’une des étudiantes qui n’est d’autre que l’informaticien de l’université a découvert la vidéo sur sa dulcinée.

Choqué, énervé, la colère qui n’a jamais été l’ami de la sagesse à conduit l’informaticien a publier sur internet, les images de cette partie de plaisir entre l’étudiante et le professeur. Tout en sauvegardant les documents qui lui semble d’une importance capitale sur l’ordinateur de l’enseignant.

facedakar.com

LES POINTS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Mon avis est que, le « PST » a un impact néfaste pour le développement social, politique et sur l’enseignement. Autre fois la femme n’avait un mot à dire dans la société. L’évolution scientifique à prouver que la femme a les mêmes facultés intellectuelles que l’homme.
Ceci à permit grâce à une reforme la considération de la femme sur plusieurs plans. La femme peut émettre ses pensés, son opinion, son point de vue sur quelque chose en liberté.

Mais aujourd’hui, certaines femmes n’exploitent leur facultés intellectuelles afin qu’elles soient des femmes de valeur tout en faisant la part de choses ; par contre elles sont influencées par cette pensée « Femme inférieur à l’homme, sa place est la cuisine ».

C’est pourquoi, elles sont victimes de plusieurs abus dans nos milieux scolaires universitaires et sociaux. Elles sont contraintes d’avoir des relations sexuelles facteurs des maladies transmissibles, grossesse indésirable qui pourront amener ces dernières à faire les avortements. Une bonne politique mettra fin à ce phénomène, car la personne cible dans la plus part de cas est la femme.

Femme soyons conscientes de notre état et développons nous par le travail et la recherche évitons les actes malsains, car éduquer une femme c’est éduqué une nation ce qui implique que le développement de la femme est aussi le développement de la nation.

Merci.

KEBENA BETU MPINDA :
Il est vrai que dans notre société, et surtout dans le milieu Universitaire, certains enseignants profitent de la vulnérabilité des femmes pour échanger des points contre le sexe. Cette pratique, d’ailleurs, au lieu de disparaître, n’a fait que connaitre un grand succès ces dernières années.
C’est pourquoi, à l’heure de l’émancipation de la femme, notre devoir, en tant que femme, est de stigmatiser cette pratique qui sans nul doute, va à l’encontre de la bataille engagée pour la femme dans notre société.

Les points sexuellement transmissibles, dont les femmes sont les premières victimes, constitue un acte condamnable, un affront à la dignité et à la valeur de la femme. Sans compter que cela expose aussi la femme à des risques majeurs par rapport à sa santé. Par cette pratique, ces hommes contribuent à rabaisser l’image de la femme et à salir sa réputation.

C’est donc une pratique ayant un caractère injurieux envers la femme et donc intolérable. Noir, la femme a une valeur indiscutable et personne n’a le droit de la lui ôter, qui que ce soit.

Malheureusement, c’est avec peine que l’on peut constater que les enseignants ne sont pas les seuls coupables dans cette affaire. Il y a des femmes qui, elles-mêmes utilisent leur féminité pour se livrer délibérément entre les mains des enseignants afin d’arriver à leurs fins.

Des telles pratiques ne peuvent qu’avoir un caractère dégradant envers la femme et nous ne pouvons que condamner cela. En ce qui nous concerne, il n’y a pas de fait plus dévalorisant pour la femme que de livrer son corps en échange d’un bien.

Pourquoi vouloir montrer à l’homme qu’on ne croit pas soi-même à sa propre valeur jusqu’au point de la renier en échange des simples points ? Chers sœurs, la balle est dans notre camp, c’est à nous de redorer notre blason, c’est à nous de dire stop à ce fléau et de prendre conscience de ce l’on vaut vraiment pou que la femme retrouve sa dignité, surtout dans le milieu Universitaire !
Merci.

KASHARA BAHINGA Patricia :
Mon avis en rapport avec le sujet est que c’est une pratique néfaste dans l’humanité dans le sens à elle n’aboutit pas au perfectionnement ni encore à l’excellence de l’apprentissage, car en parlant du P.S.T c’est le point acquis après avoir passé le rapport sexuel avec l’enseignant.
En effet, la femme aujourd’hui a l’autorisation de pouvoir s’exprimer car l’humanité a découvert que la femme a aussi plusieurs capacités dans différents domaines, comparable à l’homme. cette dernière est appelé a se mettre sur le banc de l’école pour enfin apprendre et développer ses capacités car jadis la femme n’était qu’une créature orienté dans le mariage et plus précisément à la cuisine, dans l’idée d’être inférieur à l’homme sur tout le plans, incapable d’agir et de s’exprimer sur les sujets qui touchent le développement de son foyer voire de son pays, la femme devrait se taire à jamais et subir.

Nous remarquons en outre, que la femme actuel bien que dotée de plusieurs facultés, préfère la facilité au lieu de payer le prix de l’effort. C’est ainsi que dans les milieux scolaires et académique surgit le phénomène « PST ».

Il est vrai que d’autres se voient plutôt sollicité par les enseignants, mais nous voyons une prédisposition de la part de filles à se laisser faire face à cette pratique.

Il faut notre que le rapport sexuel non protégé est la cause des IST, MST et des grossesses indésirables qui aboutissent pour la plupart des cas aux avortements. Une autre conséquence de ses pratiques c’est l’acquisition des diplômes et titres scolaire ou académique sans compétence, dans ces conditions la femme ne pourra participer au développement de son pays. L’avenir est compromis avec tels actes malsains. Or, l’avenir appartient à la jeunesse

« Femme soyons consciente de ce que nous sommes et de ce que nous faisons, aimons le travail et les recherches afin de pouvoir nous cultivés et être capable de faire face aux situations pouvant nous mener au ruine. Pour le développement de notre pays en particulier et de l’humanité en général car dit-on éduquer une femme c’est éduquer toute une nation ».

humeurs :
les filles, c’est très émouvant ce que vous dites sur le sujet (PST), et bien qu’étant un homme, je me sans très mal à votre place… mais KEBENA, j’ai particulièrement aimé ce que tu a relevé dans ton paragraphe 5, quant tu dit que la femme elle meme est aussi à la base de ce problème dans certains cas!!! Patricia K.B, ruth K.K, KEBENA, après tout ceci et en tant que compatissant j’aimerai vous poser une question…si vous vous trouvez dans un cas tel que c’est la seul cours qui vous retient et que le prof vous demande de passer à l’acte, j’aimerai que vous nous décriviez comment vous agiriez pour vous en sortir…je crois que vos reponses vont donner des idées aux autres….
BOZANZO LINDONGO Milca :
Avant tout, il y a des questions à se poser et tenter de répondre.
– C’est quoi le PST ? – Comment s’arrive ? – Pourquoi le PST ; – le PST pénalise quoi ? – Favorise qui ?
– Le PST c’est le point sexuellement transmissible, une chose qui fait rage dans des écoles, des instituts supérieur, des Universités ou encore partout où l’on trouve les femmes qui veulent apprendre.
– Le PST arrive si nous les êtres faible (femmes), nous présenterons certaine faiblesse dans des cours quelconques mal expliquer. Ou encore lorsque nous les êtres faibles (femmes allons réclamées nos points de TP ou interrogation mal corrigé.
– A la question de savoir pourquoi le PST c’est ne pas au fille de répondre mais aux personnes qui l’exerce.
– Le PST, pénalise nous pauvre étudiante incapables de payer le minerval, le transport, le transport, les syllabus, les enrôlements.
– Le PST, selon nous les filles, le PST favorise les professeurs qui sont à la base, car savent ce qu’ils cherchent.
Il y a une demande que nous les filles faisons aux personnes qui peuvent et veulent bien nous aidés. De nous porter secours, par tout les moyens car nous sommes l’avenir de demain.
Un adage dit « éduqué une femme c’est éduqué toute une nation » et la bible dit « celui qui trouve une femme trouve le bonheur.
KOUKA MAHOUA VICTOIRE Hérodias :
Les points dans le milieu scolaire ou universitaire se méritent par un travail bien fait et organisé mais au jour d’aujourd’hui, les points ou soit la réussite devient sexuellement transmissible, un échange par le sexe, entre l’enseignant et l’enseigné. Nous voyons des choses néfastes dans le milieu universitaire, les points deviennent conditionnés par le sexe.
Au lieu d’encourager les jeunes filles à étudier, les encadreurs (professeurs, enseignants…) préfère le sexe, je pense que nos encadreurs participent aussi à la destruction de la jeunesse, A mon avis, si aujourd’hui nos encadreurs mettent fin à cette pratique je pense que les étudiantes se mettront au travail.
Eduquer soit interdire ce pratique chez les étudiants c’est bien mais interdire aussi les encadreurs c’est mieux. Il faudra sensibiliser la conscience des étudiants et des encadreurs sur le pratique de PST, il est mieux de traiter ce problème à la source , or dans cette pratique ce sont les encadreurs qui sont à la base donc l’information soient les sanctions doivent commencer par eux. Je souhaiterai qu’il est une solution si vite pour ce pratique car ce pratique abime la formation surtout pour nous les futurs Médecins.
Ce que nous recherchons c’est la connaissance et non les points bien que les points nous aide à passer de promotion mais c’est la compétence qui finalise la formation vous pouvez avoir beaucoup de points par ce pratique (PST) mais vous n’avez pas la connaissance or notre société, la nation a besoin des personnes compétentes.
Je souhaiterai a mes collègues étudiantes d’être prudent et s’opposer au PST comme nous le faisons avec la parité. Cherchant les points par nos propres efforts et non par échance entre sexe et les points. On peut vous donnez la totalité des points d’un cours quelconque mais la connaissance ? Mes chères collègues étudiants, soyons sages, nous devons faire voir aux hommes de quoi nous sommes capable mais dans les bêtises. Méton-nous au travail et évites les P.S.T
TSHIBOLA NZENGU Rachel :
Le point sexuellement transmissible (pst) est un phénomène qui a plus d’impact dans la société congolaise. Parlant de point sexuellement transmissible, nous arrivons à réaliser que notre société est dominée par des antivaleurs, et les acteurs de la société ont perdu le bon sens .
En ce qui concerne notre sujet, nous l’abordons non seulement parce que nous en avons appris, mais aussi nous l’avons vécu étant qu’étudiante. Jadis, l’homme était indépendant dans sa profession c’est-à-dire qu’il ne comptait pas sur les voies tortueuses pour réussir (corruption ;sexe etc…) et contrairement à nos jours le point sexuellement est devenu un phénomène très courant.
les étudiants ne savent plus travailler pour mériter leur réussite, cela est valable pour les filles et les garçons.
Car pour les garçons la corruption se fait avec de l’argent ou les biens matériels et contrairement pour les filles, elles mettent leur sexe en jeu afin de passer des classes supérieures. Ceci entraine les conséquences très graves telles que : les IST, le VIH SIDA, les grossesses non désirées, la mort etc…
Nous étant fille congolaise, nous sommes obligés de lutter contre le point sexuellement transmissible et la famille aussi a l’obligation de nous éduquer car : « éduquer une femme, c’est éduquée toute une nation ».
tresor :
je suis d’avis que les candidat aux points sexuellement transmissibles sont d’une part victime et d’autres part coupable;car si tous le monde peut chercher à gagner sa vie en se servant de sa tête nous allons botter de telle pratiques hors de notre environnement,pour ça je conjure tous ceux qui y pratique et je conseille au victime de trouver un moyen de dénoncer cela car ça détruit non seulement notre formation mais aussi notre vie.
lifekeshe :
Oui ou va le Congo ?Avec ces pratiques épouvantables vous vous allez de plus en plus ,ce n’est pas avec de la corruption que vous rebâtirai votre pays,je sais que mon opinion ne compte pas dans la balance . Vous construisez une ville qui ressemble a Sodome et Gomorrhe,celle qui ont été détruites par le Christ lui même. Déplus que ferez vous de ces gens , des jeunes qui dans ces cas ont volés un diplôme alors que ce sera que des ignorants.Relevez vous peuples Congolais,vous n’arriverez jamais à aider la RDC avec des pratiques aussi équérantes.Vous êtes des adultes qui entrainent les jeunes dans la corruption a leur tour.
Glay’s M :
Le point sexuellement transmissible est une pratique qui détériore à haut niveau le système éducationnel de la RDC; il nuit considérablement le morale des étudiantes et étudiants qui en sont victimes et fait régresser l’enseignement congolais. A mon humble avis,c’est une pratique qui se doit d’être sévèrement réprimé et leurs auteurs sévèrement puni vu qu’elle encourage sous une autre forme les violences sexuelles et sur le plan intellectuel, apporte non seulement le stress mais aussi la frustration et un traumatisme qui pourrait perdurer pendant des années dans la vie de ces jeunes qui en sont victimes. Si nous voulons faire de la RDC une référence dans l’enseignement en Afrique Centrale, il faudrait que les auteurs de ce genres de Pratiques soient traduis en justice afin d’y être jugées et enfin sévèrement puni car ce sont des vies humaines et des avenirs des plusieurs cadres de la nation qu’ils détruisent pour leur plaisir.
http://kwat.mboa.info/
http://www.universitesk.net/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s