MOBUTU ETAIT CONGOLAIS, LA PRINCESSE DE GBADOLITE CONTREDIT KWEBE KIMPELE.

 

Une des premières photos de famille prise en 1935. Le jeune Mobutu est assis à l’avant-plan. Derrière lui, sa mère mama Yemo et son père Gbemani (D.R)

Maman Marie-Madeleine Yemo avec son fils J.D. Mobutu

Image may contain: 5 people

D’elle, Mobutu disait que non seulement il l’aimait mais aussi qu’il l’adorait. D’elle, le fils garda une image pieuse presque religieuse. Cette brave dame svelte n’était autre que Marie-Madeleine Yemo. Selon le témoignage du président lui-même, pour se choisir le nom de l’enfant qu’elle aurait voulu que les familles amies l’appellent, elle n’hésita pas à prendre le prénom du fils aimé. Jusqu’à sa mort, on l’avait toujours appelée « mama na Joseph ». Entre la mère et le fils existait une sorte de complicité mutuelle. Elle n’avait ni rôle ni titre officiel mais était considérée comme la « mère de la nation », un peu comme le fut la reine-mère au Royaume Uni. Elle était donc une référence mieux la déesse qui enfanta dieu. Après tout n’était-il pas la mère de Joseph ? Ayant fait preuve d’allégeance à l’amour qu’il portait pour sa maman, le président n’hésita pas à donner son nom au plus grand hôpital de Kinshasa qui disait-on recevait la moitié du budget alloué à la santé. Son buste y sera même placé mais sera profané lors de la chute de Mobutu. A Lubumbashi, la deuxième ville du pays, il y avait aussi une avenue Mama Yemo. Lorsqu’elle meurt en 1971à Gemena, on lui ferra des obsèques quasi nationales avec drapeau en berne et quelques jours de deuil déclarés. Des chefs d’Etat étrangers viendront assister à ses funérailles dont un certain Jean-Bedel Bokassa. Jeannot Bombenga sans oublier Tabu Ley composeront des chansons pour marquer sa disparition d’une pierre blanche. Le nom de mama Yemo revenait aussi bien des fois dans les chansons révolutionnaires de différents groupes d’animation politique. Le maréchal fut le premier fils qu’il a eu de son deuxième lit avec papa Albéric Gbemani qui selon le président lui-même fut cuisinier. Celui-ci mourut en 1938 dans cet hôpital qui 33 ans plus portera le nom de son épouse mama Yemo.

Kala Na Biso, Nde Sika Na Biso

UNE SELECTION DE YVES MALOU PAPA DE BEBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s