L’UNION EUROPEENNE VIENT DE SANCTIONNER 7 HAUTS RESPONSABLES DU REGIME KABILA.

L’Union européenne a décidé ce lundi 12 décembre 2016, de prendre des sanctions individuelles contre sept hauts responsables de l’appareil sécuritaire de la RD Congo,  accusés de violences. Bruxelles a aussi menacé d’étendre encore cette liste en cas d’obstruction du processus électoral.

Ilunga Kampete, Gabriel Amisi Kumba, Ferdinand Ilunga Luyoyo et Célestin Kanyama, sont quatre membres de la garde républicaine, de l’armée ou de la police congolaise, trois forces citées dans de graves violations des droits de l’Homme lors des manifestations d’opposants les 19 et 20 septembre. Il leur est reproché d’avoir fait un usage disproportionné de la force contre des opposants au régime, selon le communiqué le Conseil de l’UE. Viennent ensuite John Numbi, Roger Kibelisa et Delphin Kaimibi,  trois hauts responsables et personnes d’influence faisant obstacle à la tenue d’élections notamment par des actes de violence, de répression. Ces sept dignitaires sont visés par un gel de leurs avoirs et une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’Union. Les sept identités ont été publiées ce même lundi au JO de l’Union européenne, ce qui signifie une entrée en vigueur immédiate des mesures restrictives. Cette décision, principalement liée aux violences ayant fait une cinquantaine de morts les 19 et 20 septembre dans la capitale Kinshasa, a été prise par les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE, à l’occasion de leur réunion mensuelle à Bruxelles, ce lundi 12 décembre 2016. Elle intervient au moment où des négociations de la dernière chance sont menées, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), pour trouver un accord sur une transition politique jusqu’à l’élection du successeur du président.

Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, ne donne aucun signe de vouloir  partir, alors que la Constitution lui interdit de se représenter. Le 20 décembre marque la fin de son mandat, mais l’élection présidentielle n’aura pas lieu cette année comme initialement prévu, ce que l’opposition dénonce depuis des mois. L’UE, qui souhaite la tenue d’élections le plus tôt possible en 2017, a donc mis à exécution les menaces de sanctions formulées deux fois cette année, en mai et à la mi-octobre.

beninmondeinfos.com

QUI SONT-ILS ?

 

1. Ilunga Kampete
alias Gaston Hughes Ilunga Kampete; alias Hugues Raston Ilunga Kampete.

Né le 24.11.1964 à Lubumbashi, numéro de carte d’identité militaire: 1-64-86-22311-29. Nationalité: RDC.
En tant que commandant de la garde républicaine (GR), Ilunga Kampete était responsable des unités de la GR déployées sur le terrain et impliquées dans le recours disproportionné à la force et à une répression violente en septembre 2016 à Kinshasa. À ce titre, Ilunga Kampete a donc contribué en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

2. Gabriel Amisi Kumba
alias Gabriel Amisi Nkumba; alias «Tango Fort»; alias «Tango Four».

Né le 28.5.1964 à Malela, numéro de carte d’identité militaire: 1-64-87-77512-30. Nationalité: RDC.
Commandant de la première zone de défense de l’armée congolaise (FARDC), dont les forces ont participé au recours disproportionné à la force et à la répression violente en septembre 2016 à Kinshasa. À ce titre, Gabriel Amisi Kuba a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

3. Ferdinand Ilunga Luyoyo

Né le 8.3.1973 à Lubumbashi.
Numéro de passeport: OB0260335 (valable du 15.4.2011 au 14.4.2016). Nationalité: RDC.
En tant que commandant de l’unité anti-émeute, appelée légion nationale d’intervention, de la police nationale congolaise (PNC), Ferdinant Ilunga Luyoyo a été responsable du recours disproportionné à la force et à la répression violente en septembre 2016 à Kinshasa. À ce titre, Ferdinant Ilunga Luyoyo a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

4. Celestin Kanyama
alias Kanyama Tshisiku Celestin; alias Kanyama Celestin Cishiku Antoine, alias Kanyama Cishiku Bilolo Célestin, alias Esprit de mort.

Né le 4.10.1960 à Kananga. Nationalité: RDC. Numéro de passeport: OB0637580 (valable du 20.5.2014 au 19.5.2019).
A obtenu un visa Schengen, no 011518403, délivré le 2.7.2016.
En tant que commissaire de la police nationale congolaise (PNC), Celestin Kanyama a été responsable du recours disproportionné à la force et à la répression violente en septembre 2016 à Kinshasa. À ce titre, Celestin Kanyama a donc contribué, en les planifiant, dirigeant ou commettant, à des actes constituant de graves violations des droits de l’homme en RDC.

5. John Numbi alias John Numbi Banza Tambo; alias John Numbi Banza Ntambo; alias Tambo Numbi.

Né le 16.8.1962 à Jadotville-Likasi-Kolwezi. Nationalité: RDC.
Ancien inspecteur général de la police nationale congolaise (PNC). John Numbi demeure un personnage influent qui a notamment été impliqué dans la campagne d’intimidation violente menée dans le cadre des élections des gouverneurs de mars 2016 dans les quatre provinces de l’ex-Katanga et à ce titre est responsable d’avoir fait obstacle à une sortie de crise consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC.

6. Roger Kibelisa alias Roger Kibelisa Ngambaswi.
Nationalité: RDC.

En tant que chef du département de la sécurité intérieure de l’agence nationale de renseignements (ANR), Roger Kibelisa a participé à la campagne d’intimidation menée par des fonctionnaires de l’ANR contre des membres de l’opposition, y compris des arrestations et des détentions arbitraires. Roger Kibelisa a donc porté atteinte à l’état de droit et a fait obstacle à une sortie de crise consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections en RDC.

7. Delphin Kaimbi alias Delphin Kahimbi Kasagwe; alias Delphin Kayimbi Demba Kasangwe; alias Delphin Kahimbi Kasangwe; alias Delphin Kahimbi Demba Kasangwe; alias Delphin Kasagwe Kahimbi.

Né le 15.1.1969 (ou le 15.7.1969) à Kiniezire/Goma. Nationalité: RDC. Numéro de passeport diplomatique: DB0006669 (valable du 13.11.2013 au 12.11.2018).
Chef du service du renseignement militaire (ex-DEMIAP), faisant partie du centre national d’opérations, la structure de commandement et de contrôle responsable des arrestations arbitraires et de la violente répression à Kinshasa en septembre 2016 et responsable des forces qui ont participé à l’intimidation et aux arrestations arbitraires, qui fait obstacle à une sortie de crise consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections e

Christophe SESSOU

REACTION DE LAMBERT MENDE

UNE SELECTION DE YVES MALOU PAPA DE BEBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s