RDC-CENCO: ACCORD POLITIQUE, CEUX QUI L’ ONT DEJA SIGNE. MAIS…

RDC: un accord signé, mais un «arrangement particulier» encore à déterminer

Après plus de 13 heures de négociations, la majorité et l’opposition en République démocratique du Congo ont signé samedi 31 décembre l’accord pour organiser la gestion de la transition après la fin du mandat du président Joseph Kabila le 20 décembre et l’élection de son successeur. Si cela représente un premier pas vers une sortie de crise, il n’augure en revanche peut-être pas la fin du feuilleton…

Finalement, depuis une dizaine de jours, les négociateurs discutaient sur des virgules ou des formulations. Sans compter les remises en question de points déjà discutés, ce qui avait le don d’exaspérer les évêques et la communauté internationale. Et pour cause : le texte signé hier n’a finalement que peu bougé.

« Les détails sont importants », ne cessaient de répéter les participants. La menace de l’Eglise catholique de mettre fin à sa mission de bons offices et la peur de devenir le responsable d’un échec ont sans doute joué en faveur de la signature. Si cet accord est un véritable compromis, il est en revanche loin de vider toutes les questions. Dès la semaine prochaine, de nouvelles discussions vont débuter, selon la conférence épiscopale, pour tomber d’accord sur un « arrangement particulier ».

Des questions qui fâchent…

Ce dernier devrait fixer les modalités précises de partage du pouvoir au niveau des gouvernements nationaux et provinciaux et celles du fonctionnement du comité de suivi présenté comme une institution clef. Et surtout l’indispensable chronogramme de mise en application de l’accord, avec la question qui fâchait encore ces dernières heures : déterminer la date de nomination du Premier ministre issu des rangs du Rassemblement de l’opposition.

« Ce n’est donc pas une fin, ce n’est qu’un début », a dit en substance le nonce apostolique. L’émissaire du Vatican voit dans cet accord un cadre juridique qui ne mettra pas fin aux disputes puisqu’il « va falloir encore travailler », prévient Monseigneur Montemayor. Car de la réussite de cet accord dépend la crédibilité de la RDC vis-à-vis de ses partenaires, alors que le pays traverse une crise économique sans précédent et que les bailleurs menacent de suspendre leur coopération.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s