KWEBE:”LUMUMBA SERAIT D’ORIGINE RWANDAISE !”

LES ORIGINES DE LUMUMBA.

ELIAS OKITASOMBO (LUMUMBA)

Engagé à la Poste, il suit des cours du soir
Elias Okitasombo est né en juillet 1925 à Onalua, dans le Sankuru, province du Kasai. A dix-sept ans, sans certificat d’études, il s’ennuie dans son village. En 1943, il prend la décision de partir en ville et il change de nom pour prendre celui de Patrice Lumumba. Après Kalima dans le Kivu où il travaille à la cantine d’une société minière, le voici à Stanleyville (Kisangani), en juillet 1944. Dans la capitale de la province orientale, le jeune homme, grand et efflanqué, veut devenir quelqu’un. Engagé à la Poste, il suit des cours du soir, lit beaucoup et obtient enfin son certificat d’études. De 1944 à 1948, il est à l’Ecole des Postes de Léopoldville.


En quelques années, le jeune commis devient, grâce à la vie associative, un notable de premier plan à Stanleyville. Président de l’Association du personnel indigène de la colonie, Lumumba visite la métropole en juin 1956. A son retour, début juillet, il est arrêté pour détournement de fonds. Condamné à deux ans de prison, il bénéficie d’une amnistie en juin 1957 et rejoint, juste après, Léopoldville. Grâce à ses relations, il est embauché à la brasserie Brakongo. Sa mission : faire augmenter les ventes de la bière Polar. Doué pour les relations publiques, dynamique, Lumumba impose la Polar à Léopoldville. Il fréquente tous les milieux, noue des amitiés. La vie politique commence au kongo belge en octobre 1958. Alors que la plupart des partis sont créés sur des bases tribales, Lumumba et quelques-uns ont du futur une vision nationale. Le 9 octobre 1958, ils fondent le Mouvement National kongolais (MNC). Habile, Lumumba s’autoproclame président du bureau provisoire du MNC, au grand dam de ses amis. Ainsi démarre une carrière exceptionnelle dont les premiers pas sont posés en décembre, à Accra, où Lumumba participe à la conférence panafricaine organisée par Kwame Nkrumah, l’homme fort du Ghana.

Le président du MNC vient de trouver son modèle. Le 4 janvier 1959, l’interdiction d’un meeting de l’Abako, Alliance des Bakongos de Joseph Kasa-Vubu, provoque des émeutes à Léopoldville. La répression est impitoyable. Mais cet événement inattendu fait comprendre aux Belges qu’ils ont perdu la partie : l’indépendance est inévitable.
Lumumba implante son parti à travers le pays et fait de Stanleyville son fief politique. Partout où il passe, il défend l’unité nationale contre ceux qui prônent un fédéralisme à base tribale ou ethnique. Grand manipulateur d’hommes et de mots, il voit sa popularité dépasser celle, régionale, d’un Kasa-Vubu. Pourtant Lumumba est contesté au sein du MNC. Ses amis l’accusent d’autocratie et de gestion peu orthodoxe. Ils proposent une présidence collégiale. Lumumba n’est pas d’accord : le parti nationaliste éclate en deux ailes, l’une dirigée par Lumumba, l’autre par Albert Kalonji
Tag PhotoAdd LocationEdit

Lu quelque part

SELECTION DE YVES MALOU PAPA DE BEBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s