MATONGE: CHINOIS ABWAKELI YE SPAGHETTI YA MOTO, AZIKI.

5 Chantiers de «KABILA» : RDC – Chine partenariat en panne

Des sources proches du dossier du Partenariat sino-congolais indiquent que les entreprises chinoises, engagées depuis 6 ans dans un partenariat avec la RDC pour la construction des infrastructures, n’ont déboursé aucun sou en 2013 dans le cadre de ces accords.

Ces sources, citées par la Radio Okapi affirment que ce partenariat serait en panne suite au non-respect par la RDC de ses engagements, notamment la prise en compte des risques politiques encourus par ces investissements.

Toutefois, la cellule de suivi des contrats sino-congolais qui refuse de parler de « panne » reconnaît cependant des difficultés dans l’exécution desdits contrats.

En effet, douze mois après l’approbation du projet de coopération par le gouvernement chinois, la RDC s’était engagée à adopter une loi devant sécuriser le régime fiscal, douanier et de change applicable à ce projet de coopération en raison de sa spécificité.

Cette loi, stipulée dans l’article 15 de ce contrat, était une exigence des Chinois pour se protéger contre toute appropriation ou nationalisation de leurs entreprises dans le futur ou encore l’expropriation directe ou indirecte de la Sicomines, joint-venture minière née de ce partenariat, et son patrimoine.

L’Etat congolais, via la Gécamines, détient 32% de parts de la Sicomines contre 68% pour le consortium chinois.  Cette entreprise possède deux gisements riches en cuivre et cobalt de Dikulwe et Mashamba au Katanga.

Dans le cadre de la Sicomines, les entreprises chinoises apportent le financement et la RDC la concession minière.

A en croire des sources proches du dossier, c’est à cause du retard pris pour l’adoption de cette loi au Parlement que les Chinois n’ont pas décaissé de l’argent en 2013 pour l’exécution des projets d’infrastructures, notamment la construction de routes et d’hôpitaux.

Initialement conclus pour 9 milliards de dollars américains, ces contrats avaient été revus à 6,2 milliards suite aux pressions du FMI et de la Banque mondiale qui prétendaient que ces contrats allaient alourdir la dette extérieure de la RDC, ce que la Chine avait réfuté pour ces contrats « gagnant-gagnant » et proche de la troque.

Il ressort que trois milliards deux cents millions de dollars (3.200.000.000) doivent être investis dans le secteur minier, donc dans la Sicomines, et le reste est destiné aux infrastructures. Mais à ce jour, seulement près de 1,7 milliards de dollars ont été déboursés, dont 468 millions pour les infrastructures.

Déjà en mai 2013, des rumeurs faisaient état du retrait d’Exim Bank du partenariat sino-congolais. C’est cette banque chinoise qui finance les entreprises chinoises engagées dans la construction d’infrastructures en RDC.

Le responsable du bureau de coordination et de suivi du programme sino-congolais, Moïse Ekanga, l’avait démenti.

Réagissant aux mêmes rumeurs quelques jours plus tôt sur Radio Okapi, le Premier ministre Matata Ponyo avait reconnu, sans le préciser, un problème dans le partenariat sino-congolais, évoquant une «question qui nécessite un examen en profondeur».

http://afrique.kongotimes.info

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s