UN MEMBRE DE L’UDPS POIGNARDE

Accord de la St Sylvestre: la trahison de l’opposition congolaise

Voilà trois mois que l’accord de la St Sylvestre – ultime recours pour les uns, et historique pour les autres – est mis au placard par le fait d’une incapacité de la classe politique congolaise à se mettre d’accord sur l’essentiel, c’est-à-dire garantir l’alternance démocratique par la voie des urnes. En toute logique, c’est la majorité présidentielle, MP qui jubile.

Le 8 décembre 2016, des forces vives de la République démocratique du Congo (RDC) se sont données rendez-vous au Centre interdiocésain, sous l’égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), pour redonner un nouvel espoir au processus électoral, plombé jusqu’alors par les nombreuses contradictions nées de l’accord signé le 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union africaine.

Ce jour-là, Edem Kodjo, facilitateur désigné de l’Union Africaine, s’est félicité d’avoir réussi sa mission : amener le peuple congolais à se réconcilier avec lui-même dans le cadre d’un accord politique, censé baliser la voie à la tenue d’élections crédibles, libres et transparentes.

De l’accord du 18 octobre 2016, il ne reste plus grand-chose. Les seuls vestiges de cet accord se retrouvent dans le gouvernement Badibanga. Puis, plus rien.

En réalité, l’accord d’Edem Kodjo n’a résolu aucun problème. Bien au contraire, il en a créé d’autres, plus complexes que ceux d’avant. Aujourd’hui, Edem Kodjo vit paisiblement sa retraite dorée, se contentant du parachute doré que lui ont offert Kinshasa et l’Union Africaine. Il est retourné dans son Togo natal en laissant le peuple congolais dans ses nombreuses contradictions. Kodjo a trahi l’Afrique – avec lui Mme Dlamini-Zuma qui lui a facilité cette tâche.

La bouée de sauvetage de la Cenco

Depuis le 8 décembre 2016, l’église catholique tente de colmater les brèches laissées par Kodjo – tant que bien mal, bien sûr. Le 31 décembre 2016, la Cenco a pu obtenir des forces politiques et sociales réunies au Centre interdiocésain un accord politique jugé plus global et inclusif que celui du 18 octobre 2016. Malheureusement, trois mois se sont déjà écoulés sans que cet accord – dit de dernière chance – ne connaisse un début de solution. On tourne en rond sans garantie pour sa mise en œuvre.

En toute logique, le plus grand gagnant de ce retard, c’est bien évidemment la Majorité présidentielle qui, chaque jour qui passe, parvient subtilement à proroger le mandat de son autorité morale, Joseph Kabila. Ne dit-on pas qu’en politique, tous les coups sont permis. Et il faut reconnaître que la MP joue correctement sa partition. Avec l’argent et la ruse, la MP est en train de rouler tout le monde dans la farine.

Ainsi, d’un accord porteur d’espoir, on est passé à un accord porteur d’incertitudes pour l’avenir de la RDC.

Depuis le 31 décembre 2016, date de la signature de l’accord, jusqu’à ce jour, en passant par la date du 28 janvier, jour de la suspension des discussions directes sur l’arrangement particulier à cet accord, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, éloignant chaque jour tout espoir de mettre en œuvre l’accord. On serait même tenter de dire que sa mise en œuvre relève désormais du miracle.

Dans une récente tribune, André-Claudel Lubaya, président d’un parti politique membre du Rassemblement a eu le courage de conjuguer cet accord au passé. Il a été critiqué, parfois de manière virulente. Avec un peu de recul, l’élu du Kananga n’a pas eu tort. Chaque jour qui passe, les péripéties interminables du Centre interdiocésain lui donnent raison.

La MP joue et gagne

Dans ce cas de figure, c’est la Majorité présidentielle qui a gagné sur tous les fronts. En cédant le gouvernement à l’opposition, allant contre les dispositions de la Constitution qui prévoit que le premier ministre sorte des rangs de la majorité parlementaire, la MP a tendu un piège où se sont laissé prendre toutes les forces politiques de l’opposition.

Coup de chapeau aux stratèges de la MP qui ont gagné le jackpot. Ils ont donc réussi à entraîner toute l’opposition dans une désunion, retardant davantage la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016.

Aujourd’hui, on est convaincu d’une chose, c’est-à-dire l’unité de l’opposition – pour dire vrai du Rassemblement – ne tenait que par la personne d’Etienne Tshisekedi. Après le 1er février, date de sa mort à Bruxelles, l’opposition a fondu comme neige au soleil. Chacun est revenu au réflexe de survie, pour son avenir politique.

La mort d’Etienne Tshisekedi a été un bon paramètre pour jauger la qualité de l’opposition congolaise. On en a, aujourd’hui, la réponse. L’opposition est sans âme et sans idéal. C’est une opposition qui évolue au gré des circonstances. Ainsi, on n’est pas surpris de voir Joseph Olenghankoy, hier contraint à la clandestinité par le pouvoir en place, être courtisé par le même pouvoir pour son travail de déstabilisation du Rassemblement. On n’est pas non plus surpris de voir Vital Kamerhe, chef de file de l’opposition au dialogue de la cité de l’UA, réclamer la présidence du Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre alors qu’il n’avait affiché aucune prétention de même taille quant à l’accord du 18 octobre qu’il a parrainé de bout en bout.

A tout prendre, l’opposition s’est laissée inféodée par la MP. La MP a mis en place un scénario qui fonctionne à merveille. Elle a eu l’ingénieuse idée de mettre en place une stratégie qui relègue, sans qu’on s’en rende compte, l’accord du 31 décembre 2016 en constitue un simple souvenir de l’histoire politique de la RDC. L’opposition a trahi. Ne mâchons pas le mot !

Vision

Pas la peine d’incriminer la MP. Elle a joué sa partition à fond. Elle a mis en place des stratégies qui se sont révélées payantes. Elle a réussi, en se servant malheureusement des moyens d’Etat, à soudoyer des opposants en perte d’identité, pour finalement émietter toute l’opposition. On peut en rire certes. Mais, c’est cela aussi la classe politique congolaise.

Depuis Lumumba, en passant par Mobutu jusqu’à Joseph Kabila, la RDC n’a jamais eu d’acteurs politiques de grande stature. Notre classe politique, c’est un conglomérat d’opportunistes – le terme est emprunté de M’Zée Kabila parlant de l’AFDL – sans vision ni conviction. C’est pourquoi quand il s’agit de trahir et de se détourner de ses objectifs, ils n’hésitent pas un seul instant. La preuve est bien administrée au travers le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement.

Au-delà des frontières nationales, tout le monde s’accorde à dire que l’Accord du 31 décembre 2016 est celui qui scelle l’avenir de la RDC. Dans une interview à Paris Match, dont une partie est relayées par le site zoom-eco.net, le milliardaire égypto-britannique, Mo Ibrahim, à la tête d’un fonds pour la promotion de la bonne gouvernance en Afrique, partage ce point de vue.

Une seule chose

« Si l’accord avec l’opposition (Ndrl : l’Accord du 31 décembre 2016) n’est pas respecté, pense-t-il, le pays s’enflammera. » Il motive son raisonnement en ces termes : « En RDC, il faut noter que le président actuel a été contraint de signer une sorte d’accord avec l’opposition, qui je l’espère sera respecté. Nous verrons. Il doit former un gouvernement avec l’opposition et tenir les élections dans un an, j’espère qu’il le fera. Autrement, le pays va s’enflammer. Qui sera la première victime ? Lui-même. Il doit le savoir. Une poignée de pays d’Afrique centrale ont de très mauvais résultats mais d’un autre côté, nous avons vu des transitions démocratiques pacifiques au Ghana, au Nigeria, au Cap Vert».

Tout le monde a le regard rivé sur la RDC. Le monde entier nous observe. En juin 2016, à sa création en Belgique, le Rassemblement a suscité de l’espoir. Il s’est présenté comme une négation de la MP. Mais, avec le temps, le pouvoir a fini par l’infiltrer jusqu’à le déstabiliser.

La conséquence la plus dramatique est l’incertitude dans laquelle plonge désormais l’Accord du 31 décembre 2016, pourtant porteur de grands espoirs pour un peuple qui n’aspire qu’à une seule chose : l’alternance démocratique par la voie des urnes.

Afrique Actualité

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s