UDPS: LE CORPS DE TSHISEKEDI NE SERA PLUS RAPATRIE CE SAMEDI 12 MAI 2017

Annoncé pour le 12 mai, le rapatriement de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi décédé depuis début février à Bruxelles est renvoyé « à une date ultérieure », annonce l’UDPS dans un communiqué rendu public mardi 9 mai.

Dans ce communiqué, le parti politique de l’opposant historique explique qu’il s’agit d’une décision prise « en toute responsabilité » et « après concertation avec la famille » du défunt.

La décision de reporter le rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi vise également « à faire échec au plan machiavélique du pouvoir d’engager le pays dans une voie de la violence lors des obsèques de Tshisekedi », souligne également le communiqué de l’UDPS.

La famille de Tshisekedi, l’UDPS et le gouvernement ne se mettent pas d’accord sur le lieu d’inhumation de l’opposant. L’UDPS avait décidé de l’inhumer au siège du parti. Ce que refusent les autorités congolaises, qualifiant la décision de « non conforme à la loi sur la sépulture en RDC ».

« Une cabale montée par le pouvoir »

Dans son communiqué, l’UDPS a également dénoncé la « fermeture » mardi 9 mai par les agents de la police de son siège de Limete (Kinshasa). A en croire le parti, cette décision est le résultat d’une « cabale montée par le pouvoir en place qui tente par tous les moyens d’empêcher l’arrivée à Kinshasa de la dépouille d’Etienne Tshisekedi ».

La « fermeture de la permanence » de l’UDPS à Kinshasa est intervenue après que la police congolaise a accusé les militants de l’UDPS d’avoir attaqué ses installations.

« Les récits tels que relatés et l’inertie des éléments de la police démontrent qu’il s’agit d’un scenario macabre monté par le pouvoir en vue de justifier l’occupation de la permanence de l’UDPS », dénonce le communiqué.

L’UDPS exige « sans délai » la libération de son siège national ainsi que la restitution de tous ses biens.

 

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

C’est un enterrement qui continue de diviser le premier parti d’opposition de RDC, l’UDPS, ainsi que les autorités congolaises : celui d’Etienne Thsisekedi, décédé le 1er février dernier. Annoncé pour le vendredi 12 mai, le rapatriement depuis Bruxelles de la dépouille de l’opposant historique a de nouveau été reporté sans qu’une nouvelle date ne soit fixée. Cet enterrement prend des allures de bras de fer politique.

Depuis des semaines, c’est un véritable dialogue de sourds. Les autorités refusent l’inhumation du corps d’Etienne Tshisekedi au siège du parti de l’UDPS. Elles brandissent une loi de 1914 qui interdit l’enterrement à moins de 50 métres d’une habitation. Le parti d’Etienne Tshisekedi se dit ouvert à d’autres sites, sauf celui d’un cimetière, indigne de la personnalité de l’opposant historique, selon eux.

Un blocage persistant en République démocratique du Congo. Pour certains, la famille et le premier parti d’opposition auraient – dès le départ – mal géré cet enterrement en le politisant. Dans un premier temps, des cadres de l’UDPS ont en effet conditionné le retour de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi à la nomination d’un nouveau Premier ministre. Politiser l’enterrement, c’était prendre le risque de crisper la majorité et de bloquer les discussions.

L’autre explication de ce énième report, c’est la crainte de part et d’autre de débordements sécuritaires. Pour les autorités, il faut à tout prix éviter que le retour d’Etienne Tshisekedi et son enterrement ne se transforment en manifestations de l’opposition. Mais pour l’UDPS aussi, le moindre débordement pourrait lui être reproché. Comment être sûr que la gestion de cette foule avec un fort potentiel de désordre est assurée ? Pour cela, il faudrait que pouvoir et opposition se fassent confiance et travaillent ensemble. Un pré requis que ni l’un ni l’autre camp n’est à ce jour parvenu à réaliser, chacun s’accusant de mauvaise foi et de provocation.

Tristesse à Limete

En tous les cas, mercredi à Limete, pas un seul militant n’était présent au siège de l’UDPS. Ils ont tous vidé les lieux la veille, aux petites heures, quand l’unité de la police en faction devant l’immeuble a été attaquée par des inconnus. Et dans leurs rangs, après ce report, la déception est grande, à l’image de Willy Mishiki, l’un des dissidents du rassemblement et président de l’Union nationale des nationalistes : « On a constaté la mauvaise volonté des autorités de la ville, en particulier les gouverneurs qui, depuis un certain temps, ont profité peut-être d’une mauvaise interprétation. C’est allé jusqu’à arrêter les travaux du caveau. »

Pour d’autres Kinois, ce report était prévisible : « C’était tellement prévisible du fait que les amis de l’UDPS voulaient faire un bras de fer, la RDC est dirigée par les institutions, ce n’est pas un champ de maïs où chacun décide comme il veut et fait ce qu’il veut. On voyait déjà de l’électricité dans l’air et tout ça, ça allait faire beaucoup de désordre au pays. Et je pense que pour la paix et pour la tranquillité, dans un premier temps, c’est mieux qu’on reporte et qu’on prépare bien son retour ici. »

Beaucoup de péripéties dans le processus du rapatriement de la dépouille mortelle de celui qu’on appelle le père de la démocratie en RDC.

rfi.fr

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s