MOISE KATUMBI DESIGNÉ CANDIDAT PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

RDC: l’opposant en exil Katumbi se dote d’une “machine” à gagner la présidentielle
(AFP 13/03/18)
L’opposant congolais en exil Moïse Katumbi

L’opposant congolais en exil Moïse Katumbi a pris de vitesse ses alliés de l’opposition en lançant lundi depuis l’Afrique du Sud une “machine” à gagner l’élection présidentielle prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo (RDC), où il a de nouveau annoncé son retour, pour juin cette fois-ci.

Moïse Katumbi, richissime homme d’affaires et ancien allié de poids du président Joseph Kabila, est sous le coup d’une condamnation à trois ans de prison prononcée en 2016. Un dossier qualifié de “mascarade” par les évêques catholiques congolais dans un rapport confidentiel, mais qui lui vaut de risquer la prison s’il pose un pied en RDC.

L’ex-gouverneur de la province du Katanga (sud-est) et président du club du TP Mazembe, l’unde des gloires du football africain, partage aujourd’hui sa vie entre la France, la Belgique, l’Afrique et les Etats-Unis, a-t-il expliqué lundi.

C’est en Afrique du Sud, depuis un hôtel de la banlieue de Johannesburg, qu’il a réuni de samedi à lundi ses partisans pour lancer son parti, soutenu par une quinzaine de petites formations congolaises.

“Nous livrerons la bataille de l’alternance et nous la gagnerons”, a lancé Moïse Katumbi devant quelques centaines de partisans qui arboraient des fanions de la nouvelle formation représentant une poignée de mains.

“Ainsi nous avons décidé de mettre en place un mouvement politique dénommé +Ensemble pour le changement+”, a-t-il déclaré, affirmant que sa “plateforme politique devait gagner” toutes les élections présidentielle, législatives, provinciales et locales de décembre 2018.

Il se présente comme le candidat de l’alternance au président Kabila, qui a plongé la RDC dans une grave crise politique en décidant de se maintenir au pouvoir au terme de son deuxième et dernier mandat le 20 décembre 2016.

Depuis ce coup de force, le calendrier électoral a été à plusieurs reprises modifié, avec des élections désormais fixées au 23 décembre 2018.

Image result for corneille nangaa

Joseph Kabila, arrivé au pouvoir après l’assassinat de son père Laurent Désiré en 2001, n’a pas déclaré publiquement qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat -ce que lui interdit la Constitution- provoquant de fortes tensions dans le pays, où des manifestations de l’opposition sont régulièrement réprimées dans le sang.

Jusqu’à présent, deux opposants ont fait acte de candidature pour la présidentielle de 2018, Moïse Katumbi et le député Martin Fayulu.
– ‘Consolidation de la paix’ –

Related image

“Les Congolais ont beaucoup souffert à cause d’un individu”, a estimé lundi Moïse Katumbi, en visant sans le citer Kabila. “On tue tous les jours”, a-t-il ajouté, assurant qu’une fois au pouvoir “le Congo ne sera plus jamais un sanctuaire pour les bandes armées”.

Interrogé par la presse, l’opposant en exil a promis de rentrer au pays d’ici juin, estimant que les fondements de sa condamnation étaient “imaginaires”.

“Je n’ai pas peur d’être arrêté”, a-t-il affirmé. “Au mois de juin, les candidats vont présenter leur candidature et je serai là pour présenter la mienne”, a-t-il assuré, reconnaissant par là le nouveau calendrier électoral qu’il avait dans un premier temps refusé.

“Comme quoi nous avions raison. On a réussi à ramener tout le monde vers le calendrier électoral”, a commenté le ministre congolais de la Communication, Lambert Mende, cité par le site actualité.cd.

Image result for LAMBERT MENDE ELECTIONS

Le parti d’opposition traditionnel de l’UDPS ne fait pas partie de la nouvelle plateforme présentée lundi par Katumbi. Mais “tout ce que je fais, tout ce que fait Félix (Tshisekedi, fils du fondateur de l’UDPS Etienne Tshisekedi décédé en 2017), nous le faisons ensemble. Il y a des stratégies que l’on ne peut pas dévoiler pour l’instant”, a déclaré Moïse Katumbi.

A Kinshasa, l’UDPS explique que Félix Tshisekedi sera lui aussi candidat à la présidentielle quand il aura été désigné président du parti par le congrès qui doit se tenir en mars.

“Nous verrons plus tard comment régler le problème de la candidature de l’opposition. Mais personne n’a en ce moment le droit d’interdire qui que ce soit à annoncer sa candidature à la magistrature suprême”, avait commenté samedi Félix Tshisekedi.

Le lancement de “Ensemble pour le changement” s’est fait dans une atmosphère houleuse, obligeant Moïse Katumbi à interrompre momentanément son discours et contraignant le service de sécurité à fermer à clé la salle de presse.

De jeunes Congolais ont notamment protesté avec virulence après s’être vu refuser l’accès à la salle où le parti était lancé publiquement. Des membres de la sécurité les ont expulsés manu militari. “On ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui a été un temps avec le gouvernement en place”, a déclaré à l’AFP un jeune Congolais en exil, Ali Kanyemba.

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-lopposant-en-exil-katumbi-se-dote-dune-machine-gagner-la-presidentielle

 

Image may contain: 4 people, people sitting

RDC : avec son mouvement « Ensemble », Katumbi se rêve en successeur de Kabila
(La Tribune 13/03/18)

L’opposant congolais Moise Katumbi a lancé ce lundi depuis Johannesburg son mouvement «Ensemble pour le changement». A la tête d’une coalition de partis politiques et d’autres opposants au président Kabila, l’ancien gouverneur du Katanga se positionne désormais comme un des candidats favoris pour le fauteuil présidentiel à l’occasion des élections de décembre prochain. Seul risque : provoquer une division au sein des détracteurs en vue du régime qui s’apprêtent également à se lancer dans la course.

Image may contain: 3 people, people smiling, people standing

En fin tacticien politique, Moise Katumbe Chapwe sait plus que quiconque que la course au fauteuil présidentiel est une course de fond, particulièrement en RDC, et que les premiers à prendre le top départ auront une longueur d’avance. C’est en tout cas ce que laisse transparaître le lancement, ce lundi depuis Johannesburg en Afrique de Sud, de son nouveau mouvement «Ensemble pour le changement». C’est après trois jours de conclave de ses partisans, réunis au sein de plusieurs organisations notamment l’Alternance et le G7, que l’annonce a été faite et l’ancien gouverneur du Katanga déclaré président du mouvement et aussi son candidat pour la présidentielle de décembre prochain.

Image may contain: 4 people, people sitting

La candidature de Moise Katumbi, puissant homme d’affaires et autrefois membre du PPRD du président Kabila, n’est pas vraiment une surprise. Depuis sa dissidence du parti présidentiel et son rapprochement de l’opposition qui exigeait le départ de Joseph Kabila à la fin de son second mandat en 2017, c’est même un secret de polichinelle. Toutefois et bien que faisant figure d’un des prétendants favoris surtout avec la disparition l’année dernière d’Etienne Tshisekedi, l’opposition a jusque-là montré un semblant d’unité autour du départ de Kabila.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/leadership/2018-03-13/rdc-avec-so…

http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-avec-son-mouvement-ensemble-katumbi-se-reve-en-successeur-de-kabila

UNE SELECTION DE YVES MALOU PAPA DE BEBE

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s