CURIEUX : LIESSE POPULAIRE À MATADI !

Liesse populaire à Matadi à l’annonce du décès du gouverneur Jacques Mbadu. Les habitants sont les mieux placés pour apprécier les œuvres des autorités.

La population congolaise déteste le pouvoir en place à la mesure de ce qu’elle subit : humiliation, extrême pauvreté dans un pays extrêmement riche où une minorité étale ses richesses acquises frauduleusement, injustice, viols, assassinats sans procès, ….

On peut vous rediger un joli discours à lire, devant un parterre des corrompus dont la partition se résume à applaudir, le peuple reste souverain et lucide. Il fait comme Saint Thomas, il ne croit qu’à ce qu’il voit.

 

Jacques Mbadu Nsitu, mort le  à Kinshasa1 est un homme politique congolais de la RDC et l’actuel gouverneur de la province du Kongo central. Il est membre du parti de la majorité présidentielle. Il a été le gouverneur de cette province, anciennement Bas-Congo, d’ jusqu’au  puis réélu le .

Le 31 octobre 2012, Jacques Mbadu Nsitu devient le 31e gouverneur de la province du Bas-Congo (aujourd’hui Kongo central). L’ancien sénateur, qui postule en indépendant avec pour colistier Matubuana Nkuluki Atou bat au second tour le ticket Déo Nkusu Bikawa / Mulatu Puati Jean- Marie, investis par le parti de la majorité présidentielle, le PPRD. Il revient à la tête de cette province après l’avoir dirigée brièvement pendant 3 mois (octobre 2006 à janvier 2007). Il réintègre par la suite le PPRD2.

Lors de sa prise de fonction en 2013, à l’issue de son procès contre Déo Nkusu Kunzi Bikawa3, il révoque tous les ministres et met en place les chefs de division provinciaux pour assurer le service minimum au sein des ministères. En avril 2013, il investit ses ministres qui sont accompagnés des commissaires provinciaux.

Image may contain: 1 person

En novembre 2015, il remanie son gouvernement et annonce la dissolution de la REPERE (Régie provinciale d’encadrement et des recouvrement des recettes du Bas-Congo)4, et révoque collectivement ses 350 agents5.

Il crée en remplacement la Direction générale des recettes du Kongo central (DGRKC) sur base des recommandations du forum de Kisangani. Il y nomme 189 personnes pour assurer le service minimum en attendant un recrutement. Après 3 mois, se sont ajoutés sur cette liste 64 agents et l’effectif est passé à 253 agents.[réf. nécessaire] La plus grande partie des agents licenciés est réintégrée 11 mois plus tard5.

Il fait l’objet fin 2016 d’une motion de défiance initiée par 8 députés, qui outre ces licenciements lui reprochent le détournement des rétrocessions (la quote-part des recettes destinée à financer les frais de fonctionnement et les salaires des administrations territoriales), et l’instauration de taxes illégales qui ne bénéficieraient pas au budget de la province6. La motion est rejetée, principalement pour des raisons de vice de procédure7.

Image may contain: 1 person, smiling, sitting

En mai 2017, il remanie de nouveau son gouvernement dont les effectifs passent de 10 à 6 ministres, tous masculins. Il attribue cette restructuration aux difficultés financières rencontrées par le gouvernement face au laxisme de l’organisme chargé de collecter les recettes. Il annonce dans le même temps le licenciement de nombreux fonctionnaires, dont il promet que les arriérés de salaires seront honorés8.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s