RDC: L’ONU ET L’UA APPELLENT A NOUVEAU AU RESPECT DE L’ACCORD DE LA ST SYLVESTRE

RDC: ONU et UA appellent à nouveau au respect de l’accord de la Saint-Sylvestre

Joseph Kabila lors de son état de la nation devant le parlement à Kinshasa, le 19 juillet 2018.
© Junior D. KANNAH / AFP

Du côté de l’ONU, comme de l’Union africaine, on assure que leur déclaration commune était en préparation depuis plusieurs jours. « Le timing n’a rien à voir, c’est juste une bonne coïncidence », assure un diplomate africain. Pour les deux institutions, c’était le bon moment pour faire part de leur inquiétude vis-à-vis du processus électoral en RDC et à nouveau appeler au respect de l’accord politique de la Saint-Sylvestre, y compris des mesures de confiance, souligne ce communiqué.

Image may contain: one or more people and people standing

Le conseil de paix et de sécurité et le conseil de sécurité insistent également sur la tenue des élections dans les délais, sur la nécessité de rendre le processus transparent et inclusif, sur le besoin également pour tous les acteurs de faire preuve de retenue et de rejeter toute violence.

Et, dans des termes assez clairs, les deux institutions disent « réitérer leur engagement à prendre des mesures appropriées contre tous les acteurs congolais – et tous les autres – dont les actions et les déclarations entravent la mise en œuvre de l’accord et l’organisation des élections ».

Jeudi 19 juillet, le président Kabila s’en était pris violemment dans son discours aux sanctions et menaces de la communauté internationale, assurant que ça n’avait pas d’impact sur la politique menée par son gouvernement.

Inquiétude autour des questions logistiques

Le chef de l’Etat congolais a à nouveau affirmé ce jeudi que son pays organisera seul les élections et n’aurait pas besoin d’aide étrangère, synonyme pour lui d’un « chantage ».

Or, dans leur communiqué, l’UA comme l’ONU appellent la commission électorale nationale indépendante à poursuivre sa coopération avec la Monusco – la mission des Nations unies dans le pays – et le groupe international d’experts électoraux.

La Ceni refuse tout soutien

Or on sait que la Ceni refuse toujours de travailler avec ce groupe qui, après les deux reports et au vu des critiques, notamment de l’opposition, devait permettre de rassurer sur la bonne tenue du processus électoral.

A l’heure actuelle, non seulement ce droit de regard n’existe pas, mais la Ceni n’a pas fourni les informations nécessaires à la planification de l’aide logistique prévue dans la mise en œuvre du calendrier électoral. Ce qui laisse des dizaines de millions de dollars d’aide logistique en suspens.

Selon un diplomate africain, les estimations à l’étude prévoyaient un transport par la Monusco d’environ 50 % des bulletins ou 40 % des machines à voter en fonction de l’option choisie. « La Ceni devra assumer ses choix », conclut un diplomate occidental.

Chronologie et chiffres clés
Nos dernières vidéos : Football : l’excellence de la formation française
HAUT DE PAGE
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s